B

Bénarès est plus ancienne que l’histoire, plus ancienne que la tradition, plus ancienne même que la légende

Mark Twain

Nous arrivons à Varanasi en fin d'après-midi. Notre hôtel étant situé au bord du Gange, nous abandonnons notre voiture pour finir à pied à travers les ruelles de la ville.

Premier contact dans cette ville si particulière empreinte de tant de spiritualité.
Considérée comme la capitale spirituelle de l'Inde, elle attire les pèlerins hindous qui viennent se baigner dans les eaux sacrées du Gange et s'adonner à des rituels funéraires.
 Les rues sinueuses de la ville sont jalonnées de quelque 2 000 temples dont celui de Kashi Vishwanath, le "temple d'or", dédié au dieu hindou Shiva.
Des excursions en bateau permettent de passer devant les nombreux ghats (marches qui descendent jusqu'au fleuve) des rives, dont le ghat Dashashwamedh, afin d'observer les feux du rituel de l'āratī, qui se déroule tous les soirs. Le ghat Manikarnika est le site de crémation principal de Varanasi, avec des bûchers funéraires en flammes 24h/24. Autre ghat notable, celui de Man Mandir est surmonté d'un grand palais construit en 1600. 
Impossible de les rater : dans les rues des grandes villes comme dans les bourgades de campagne, autour des temples comme sur les rives des fleuves sacrés, les sâdhus sont omniprésents en Inde. Ces hommes (et quelques femmes) ont renoncé au monde pour tenter d’atteindre la libération, quatrième et dernier stade de la vie humaine dans la religion hindoue. 
Au-dessus du fleuve, le fort de style moghol de Ramnagar, autrefois palais de l'ancien Maharadjah de Varanasi, est aujourd'hui un musée. 
À 11 km environ au nord de la ville, Sarnath, où Bouddha a donné son premier sermon sur le site de Dhāmek Stūpa, possède des temples anciens.
[google_map_easy id="10"]

Galerie vers l’inde

Il n'y a pas de commentaires

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.